Canada

Le Canada fait toujours partie du Commonwealth de Grande-Bretagne, et il n'est pas surprenant que l'amour canadien pour le gin soit presque aussi solide que son amour pour le hockey sur glace et le sirop d'érable. Et ce sirop d'érable fait partie du répertoire botanique de nombreux gins canadiens, qui aiment mettre du «terroir» dans leurs boissons, ils utilisent également des herbes régionales et des épices. Pour cette raison, dans le gin St-Laurent, aux côtés du genièvre, on trouve également des varechs, de grandes algues, qui forment presque des forêts sous-marines au large des côtes de l'île de St-Edouard et qui donnent à ce gin une note maritime légère. Pour le prestigieux gin Ungava du Québec, quelques centaines de kilos de plantes botaniques de l'Arctique sont récoltés selon "deux types en août, puis parcourant 1500km pour parvenir à Montréal", explique Charles Crawford, qui lie la couleur jaune étincelante de ses gins à l'ajout de pétales de rose sauvages. En outre, la récolte sur la péninsule d'Ungava, le point le plus au nord de la province, comprend également des baies de camarine noire, du thé du Labrador et de la plaquebière, qui donnent à ce gin ses notes caractéristiques. Ou encore le Iceberg gin, qui est en fait distillé avec de l'eau d’iceberg fondue à Terre-Neuve. Chaque année, vous pouvez trouver de plus en plus de gins sur le marché canadien, et le nombre de petites distilleries artisanales augmente continuellement, ce qui garantit des gins encore plus insolites.