Benedictine

En stock 58

Bénédictine DOM Liqueur 70cl

CHF 37.90
Le fait que la liqueur bénédictine porte l'inscription latine D.O.M (pour Deo Optimo Maximo = "à Dieu, très bon, très grand") n'a rien à voir avec l'église. On ne voulait que souligner une fois de plus les origines monastiques de l'élixir à base de plantes. Des versions antérieures de la recette actuelle de Bénédictine auraient été produites au début du 16ème siècle dans l'abbaye bénédictine de Fécamp. Une fois que l'abbaye a été vendue à la suite de la Révolution française, les anciens manuscrits de la bibliothèque du monastère sont arrivés entre les mains d'Alexandre Le Grand d'une manière détournée, lui permettant de mettre au point sa propre liqueur. Lancé sur le marché, Le Grand comporte l’inscription D.O.M, naturellement après consultation avec les moines. Grâce à une bonne dose de mégalomanie, qui découle certainement du nom de famille particulier («le Grand»), le bonhomme transforma sans plus tarder un palais entier en un site de production pour la liqueur. Un peu plus de 100 ans plus tard, la marque est passée entre les mains de Martini & Rossi, qui ont été repris par Bacardi peu de temps après. Par ailleurs, la liqueur B & B (Bénédictine & Brandy/Cognac) est disponible depuis 1930 et peut être préparée alternativement sous forme de cocktail. D'autres cocktails bien connus peuvent être préparés avec Bénédictine, tels que le Singapore Sling et diverses variantes de Martini. La production de Bénédictine est tout sauf simple: le processus commence par quatre mélanges de plantes, qui sont macérées séparément dans de l'alcool neutre, puis distillées. Les distillats sont mélangés et stockés pendant huit mois. Le mélange est ensuite chauffé à deux reprises à 55° C, puis stocké pendant quatre mois supplémentaires, avant d'être filtré et mis en bouteille. Commencé en 1882, le Palais Bénédictine, qui combine des éléments de style gothique et de Renaissance, abrite toujours les liqueurs et est une destination touristique populaire. Le bâtiment est situé dans la ville portuaire de Fécamp, sur la Manche, et abrite non seulement la distillerie et une immense cave voûtée, dans laquelle le mélange de 27 herbes et épices repose en fûts de chêne, mais aussi une exposition d'art, un musée et différentes salles de réception.