Fuckoff

1 article(s)

par page

1 article(s)

par page

L'histoire de la vodka Fuckoff

En appelant une vodka "FUCKOFF" et en l’accompagnant d’une image de tête de mort, on pourrait s’attendre à des chiffres de vente dans le rouge, car les clients seraient en droit d’être effrayés. Mais ce n'est pas le cas dans le domaine de l'alcool festif. Les marque de spiritueux ne se prennent jamais au sérieux dans un tel domaine. Ces derniers se caractérisent par des noms tape-à-l'œil, effrontés ou provocateurs, des couleurs éblouissantes et des goûts sucrés, exotiques ou inhabituels. La société allemande Krugmann est spécialisée dans ce type de spiritueux. En 1867, la famille a fait ses débuts avec son propre alambic, enregistré commercialement. Pendant plus d'un siècle, ils ont distillé l'Ur-Schnaps allemand, le Korn, ainsi que quelques autres spécialités à base de blé. Mais dans les années 1990, les habitudes de consommation de la société ont changé, ce qui a motivé l'entreprise à ajouter des mini spiritueux à sa gamme de produits, une tactique plutôt astucieuse. Depuis la fin des années 1990, le fabricant, désormais sous la direction de Patrick Fayner et Stefan Petersen, est inarrêtable: Krugmann a sorti une grande variété de liqueurs aux noms fantasques, tels que Sonnenmilch, Piepmatz, Bussi, Prostata ou Popsy, et aux designs encore plus farfelus. En 2013, la gamme a été élargie pour inclure deux vodkas et quatre liqueurs appelées FUCKOFF, qui sont disponibles en bouteilles standard de 70cl, ainsi qu'en format mini.

mehr anzeigen weniger anzeigen

If you like to, we can redirect you to our local webseite, where you can place your order.